Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par maudet richard
CCC

Voici venu le temps de raconter mon récit de cette course mythique: la Courmayeur Champex Chamonix.

Le mercredi était synonyme de retrait du dossard. Avec Elise nous rejoignions Chamonix et nous comprenons tout de suite l'importance de cette réunion: le sommet mondial du trail. Ca grouille de traileurs partout et ca respire trail. En attendant Alan, nous allons faire un tour au salon du trail pour y voir toutes les marques et évènements présentés (environ 150 chalets quand même). De retour à la salle pour la prise du dossard nous attendons dans la file d'attente, nous mettrons quasiment deux heures pour ressortir avec le dossard. Hallucinant l'organisation, nous commençons par retirer le dossard puis vérification des sacs, après un tirage au sort nous devons présenter 5 pièces obligatoires dans notre sac. Ensuite nous faisons accrocher notre puce au sac puis l'heure des cadeaux avec un maillot et un sac (il faudra finir pour avoir la fameuse veste de finisher). Un petit tour au stand des bus pour prendre les billets pour les accompagnants et la j'aperçois des tables de kiné. La je me dis cool car je traine une petite entorse depuis trois semaines et je sais qu'il faut être au top. Il me remet d'aplomb et j'ai même le droit à des conseils, trop cool les gars. Je lui demande combien ils seront sur toutes les courses et la attention les yeux 40 podologues et 60kinés vont se relayer sur le parcours, hallucinant. Je me dirige vers la sortie et la une photo souvenir est obligatoire lol. Deux heures après il est bien temps d'aller boire une bière avec Alan, Gar it, Elise et Julien qui est blessé et a finalement renoncé à participer.

Maintenant place au repos et préparation avant la course, j'ai dû mettre environ 3 heures à peaufiner le sac, la ceinture et le sac d'assistance.

CCC

Vendredi matin après une bonne nuit, nous déjeunons dans notre fourgon puis nous nous dirigeons au bus, direction Courmayeur via le tunnel du Mont Blanc. En attendant Alan et ses supporters, je prépare mes pieds qui vont passer une longue et dure journée. Nous nous plaçons sur la ligne de départ, surprise: il va y avoir des vagues de départ , certainement pour éclater la course.

Hop c'est parti pour une course de fou. Et tout de suite ça monte lol, la tête de la tronche se passe bien et hop un quart du dénivelé vient d'être avalé. Ensuite première descente et arrivée à un refuge, km 22 ou nos supporters nous attendent. Je suis très frais malgré la chaleur accablante et je me dis que ça va le faire.

En passant, tête en l'air que je suis, je commence à oublier des affaires au ravito.

CCC

Seconde difficulté du jour, le col du grand ferret se présente et sera un tournant de ma course. Au début de la montée je décide de ne pas suivre Alan car son rythme est trop élevé pour moi et mes cuisses. Je fais une bonne montée mais je sens que mes cuisses commencent à me bruler. Dans la descente je galère un peu et là je pense à élise qui à un short pour moi au prochain ravitaillement km 42. Je ne supporte plus mon cuissard qui je pense n'est pas adapté pour moi après le recul. Mauvaise nouvelle les bus ont des gros soucis et élise ne pourra pas être au rendez vous. Je décide de faire une bonne pause, bien manger pour me retaper un peu.

Je repars de La Fouly avec un autre traileur et nous commençons à parler et courir ensemble. Nous savons tout les deux que nous allons nous entraider. Il est devant dans les descentes et moi dans les montées. Je me sens mieux malgré les cuisses dures. Nous avons une ultime montée avant champex environ 500D+. Nous démarrons cette montée qui sera la dernière pour moi. En effet je comprends dans cette montée qu'il va me manquer des cuisses pour finir cette aventure. Du coup profitant de la montée je réfléchis savoir si je continue ou si j'arrête.

Je réfléchis encore et encore me demandant si mentalement je pourrais combler mes cuisses. Puis dans cette montée, je vois mon collègue se déliter devant mes yeux et là je me fais une raison. Je ne pourrais pas finir malgré une bonne forme.

J'arrive à champex avec élise venu me rejoindre. Elle s'occupe de tout: m'apporte à manger, me masse, me prépare mes affaires. Moi je continue de réfléchir... Puis je me dis que ce n'est pas pour cette année, je ne suis pas assez prêt et inutile de se lancer dans un rush qui n'aboutira pas à l'arrivée. Je préfère rester sur une bonne impression et abandonner.

BILAN:

dans un premier temps, je souhaite remercier tout le monde qui nous a suivi, une belle aventure humaine.

Malgré mes motivations , les pentes du massif du mont Blanc m'ont vaincu. J'ai compris à l'issue de la course de l'immensité de cet évènement, le parcours et ses pentes sont monstrueuses. Mon tort a été de comparer la CCC au templiers de Millau. Avec le recul ma préparation n'était pas adaptée à cet évènement, il faut que je développe mes cuisses .

Je retire que des bons points de cette expérience malgré l'abandon: le matériel, l'alimentation, la gestion de la chaleur, le souffle et le PLAISIR.

Je reviendrais plus fort pour cet évènement.

MERCI A TOUS

Commenter cet article

Alex 06/09/2016 22:01

Super ce récit, bravo d'avoir gardé toute ta lucidité!

Morgan 05/09/2016 07:01

Bravo Pika ! Une superbe course. Tu reviendras encore plus fort (je te passerai un peu de mes cuisses si tu veux lol)
Encore bravo, c'est fort !!!

Alan 04/09/2016 19:12

Bien joué mec! Il y a des jours sans, et c'est clair qu'aujourd"hui on ne peut comparer cette course à aucune autre que l'on a fait. J'aime tellement Chamonix ! Hate d'y retourner

Teddy Briere 04/09/2016 18:51

Bien joué mon président, abandonné avant le dégoût, ça j'aime. Ont apprends tous les jours , de nos erreurs. Tu reviendra plus fort avec des cuisses en béton. Toute mes félicitations, et encore bravo.

Articles récents

Hébergé par Overblog